Mise en avant

ARI – Anthropological Research Institute on Music

En langue basque, le mot Ari signifie “faire”, au sens de fabriquer. C’est un verbe de création. ARI est l’acronyme de Basque Anthropological Research Institute on Music, Emotion and Human Societies. Cet institut de recherche est une équipe du Centre Georg Simmel (UMR8131 CNRS-EHESS). Il est installé à la Cité des Arts de Bayonne, sur la base d’un partenariat liant le CNRS, l’EHESS et la Communauté d’Agglomération Pays Basque.
Il réunit une équipe de chercheurs et de chercheures qui travaillent partout dans le monde à faire de la musique un outil pour comprendre les sociétés humaines. Ses axes de recherche portent sur l’articulation entre Musique, Immigration et Aménagement urbain (GDRI [MIAMI] du CNRS), la musique dans les camps de migrants, les émotions musicales, les programmes coopératifs d’éducation musicale, les droits culturels, les nouveaux commanditaires, l’improvisation musicale.

Appel à Résidences de Recherche de l’Université Internationale de l’Équateur

ARI relaie ! Pour créer et/ou renforcer des réseaux de recherches internationaux.

Résidences de recherches ouvertes aux docteur.e.s et pour une durée de trois mois.  

Toute l’information est sur la page suivante: https://www.uide.edu.ec/investigacion/cooperacion-internacional/residencias-de-investigacion/.

Musical Displacements, Economic Dispossession and Climate Change Bayonne, du 23 au 25 mai 2019

Trois journées de colloque réunissant chercheurs et chercheuses, artistes, journalistes, écrivain(e)s, acteurs associatifs, hommes et femmes politiques autour des questions de l’art et de l’exil. 

Programme détaillé en cliquant ici :  Colloque ARI Bayonne 23-25 mai 2019

Des journées portées par une collaboration entre l’Institut ARI et la Columbia University. L’explication en anglais d’abord, puis en français :

The Bayonne International Symposium is the first of a cooperation prgramme between the ARI Institute of Bayonne (CNRS-EHESS) and the Center for Ethnomusicology of the Music Department, Columbia University (New York) as part of a call for projects issued last year by PSL Université (Paris) and Columbia University (New York). This two-year research program will include another symposium in New York (March 2020) and should be followed by a collective publication on the musical practices of migrants in forced migration situations.

This research program extends a series of workshops we organized in recent months with the GDRI program “World music, immigration, urban development in international metropolises” (CNRS, PSL-EHESS, Bayonne). It offers a way to support a research pole that focuses on a budding theme in social sciences: musical practices in situations of forced migration. The program proposes to organize two seminars, one of which will be held at EHESS’s Bayonne antenna (64) on October 11th and 12, 2018 as part of “Haizebegi, worlds of music” Festival (www.haizebegi.eu), the second one will be held in New York on October 24 and 25 2019. The aim of this project is to work on an eventual joint publication (probably Duke University Press) on comparative practices and politics of music and migration.

Forced migrations are usually not studied comparatively. This project proposes to unsettle the very notion of the concept of migration comparatively via musical and other sonorous practices by getting into conversation experiences of forced migration from Europe and the Americas.

Since this project seeks to compare different situations of displacement, it draws on different types of literature that speak to such situations. Such literature includes the displacements generated by contemporary extractivism, the history of slavery and colonialism as central to the formation of BOTH internal and external displacements and the relation of such a history to the very way music is thought (Weheliye 2014 , Moten 2003) and therefore to an ontology of music deeply embedded in the question of forced displacement (Laborde 2017). Such a colonial history is linked to the contemporary ontology of music (Ochoa Gautier 2014, Puig 2013) and thereby to other forms of extractivism and to migration politics worldwide. So our concern is not the very ontology of musical facts in such cases but how it is profoundly based on a history of the colonial that persists in the very situation of displacement today. Our purpose is to comparatively explore how and why music and attendant sonic expressions and mediations are crucial in these situations and to question the way music is framed by them.

This is about constructing a comparative project that questions assumptions about the way music functions in different modes of forced displacement and forced migration in today’s world and including different practices and modes of displacement. We are especially concerned about the link between extractivism (including intellectual property rights and music), displacement, political violence, colonialism and climate change (or dispossession of lands due to extractivism) on one hand, and the making of music in migrant camps in France, Burkina Fasso and Lebanon on the other one.

Columbia University
In terms of Latin America and the Caribbean we propose to focus the problem of internal displacement (Colombia is the country with most internally displaced people in the world) and dispossession of lands of indigenous peoples as well as the relationship between climate change, economic crisis and Caribbean migration. Colombia has become one of the countries with most indigenous leaders assassinated for struggles of protection of the environment, forcing indigenous peoples and afrodescendants to flee their territories. This project seeks to explore the centrality of music and of different sonorous elements in understanding such a differential notion of relation between living beings, the environment and their relation to the land. In terms of the Caribbean, we propose to focus on the relationship between climate change, economic dispossession and music in Vieques, Haiti and Puerto Rico. These places have suffered major internal displacements and forced migrations due to the relation between economic dispossession and climate change. The production or adaptation of new musical genres and of audiovisual material are crucial aspects of his study.

On the Columbia University side of the project some of the participants are:

Ana María Ochoa Gautier will present papers contrasting the how the relation between living entities, music and relation to the land appears in audiovisual productions by indigenous film makers.

Alessandra Ciucci will explore the significance of a notion of the rural (l-’ǝrubiya), and its role in sound, for Moroccans from the plains and plateaus who have crossed and continue crossing the Mediterranean to Italy. In grappling with a notion of the rural that is both intensely local and part of a transnational network, this research aims to provide a different point of entry—through sound—to explore burning political questions in an emblematic geo-cultural zone: the Mediterranean.

Alejandra Bronfman’s paper argues for understanding displacement as an intentional outcome of US imperialism. In Puerto Rico, the concept of migration as a ‘safety valve’ was considered a solution for islanders dispossessed of viable ways to make a living. On the island of Vieques, the US Navy removed and relocated the population as they claimed two thirds of the land for war games, training, and bombing practice. The music that emerged out of these motilities is both fiercely critical of and draws creatively from decades of mobility in the circum-caribbean.

PSL – EHESS (Paris-Bayonne)

Case studies. The PSL team will not propose a “top/down” approach that would invest a general theory whose examination of reality would be responsible for verifying the conditions of truthfulness, as it will rather – as we suggested above – unfold from case studies in order to sharpen a comparative analysis, in a “bottom/up” way of dealing with description.

Denis Laborde will present a migrant situation in Baigorri (french basque mountains). On 20 November 2015, about fifty migrants coming from Calais arrive in Baigorri. They have left Sudan, Eritrea, Tajikistan, Afghanistan and Kurdistan. Volunteers help them in their procedures; offer workshops and activities that are organized by local associations. Three months later, migrants want to thank the village. They organize a “Transcultural Event”: they dance and play themselves the Pashto attan dance from Afghanistan, some Eritrean traditional dances, songs from East Africa… One of them offers the audience a Syrian maqam. Why music to express gratitude? What is changing through music when “a migrant” becomes “a musician”?

Mentao, Burkina Faso

In October 2014, Marta Amico visits the camp (20 kilometers from Ouagadougou) with a musician from the Tartit group. To welcome her, a musical performance is organized. Here, music is the main plea for celebrations. But at the same time, music is the reason of migrations, as islamist groups have forbidden it in northern Mali. Nevertheless, migrants organize improvised dj sets that are described as ways to connect with the rest of world. In these moments where everything gives way, music remains.

Burj al-Barajneh Palestinian camps, southern suburb of Beirut (Lebanon)

Justin de Gonzague is a documentarist; Nicolas Puig, an ethnologist. They will draw the History of the Palestinian Rap Band Katibé Khamsé by using ethnomusicology and visual anthropology as methodological tools. The film process combines old images (2005), specific shooting (last one, November 2017), testimonies recorded by the rappers themselves and a musical composition. The goal is to decline visuals and sounds narrations of the political, artistic and social commitments of those five young men from Burj al-Barajneh Palestinian camps in the southern suburb of Beirut (Lebanon) who are now refugees in Europe. Nicolas Puig will analyse how musicians negotiate a place to be in tune with the contemporary world. Justin de Gonzague will explain the film making process.

Ghaza, Ketermaya, Ain al Hilweh camps (Southern border of Beirut, Bekaa Valley), Lebanon

Layale Chaker (PhD Student at the PSL-EHESS) is a member of the West-Eastern Divan Orchestra and former student at Columbia University. She will present a study on Syrian and Palestinian refugees in Lebanon (over one quarter of the population). In a country divided along religious, political, socio-economic, and ethnic lines, musical education is a tool of transmission of oral and intangible heritage, and a medium of empowerment and self-expression through these newly-acquired musical skills.

 Pausa Centre (Bayonne, France) and the Txantxarreka gaztetxe (San Sebastian, Spain)”

Claire Clouet is a post-doctoral fellow at the ARI institute. She is currently conducting her research in the Basque Country. “Pausa”, for a break after weeks or months of travel. A place where migrants can eat, shower, sleep and get information, whatever their origin and destination. A place to which the volunteers of the Diakité association, the employees of the Atherbea association, the financial and moral support of the municipality of Bayonne and the Communauté d’agglomération Pays Basque give life. A place where the awakening is to the sound of Alpha Blondy and where, to pass the time, the guests listen to their music on the phones in loudspeaker mode. In San Sebastian, in the central district of Antiguo, it is the gaztetxe (from the Basque youth centre) Txantxarreka that has become a reception area. Since August 2018, about ten migrants have been accommodated there, most of them from Cameroon.  In these two places, musical practices create unpredictable forms of sociability.

We could explore cases studies endlessly. It is why the purpose of these workshops is to center those studies on cases that share common grounds, and to question our tools of analysis centering the study on the effects of anomie, rather than focusing on the causes of migration. Thus this project can be held as a project of music ontology, when considering ontology as an investigation and not as a pre-elaborated theoretical frame of reference. But much more than that, it is about questioning which categories of the aural become musically valid or whom and why and the relation of that to the juridical forms of forms of life that are deemed valuable (Weheliye 2014, Mienjtes 2017). Such a question is crucial if we are to understand the relation between ontology and epistemology in situations of forced displacement.

________________


Le colloque international de Bayonne est le premier colloque d’un programme de coopération qui lie l’Institut ARI de Bayonne (CNRS-EHESS) et le Centre d’Ethnomusicologie du département de musicologie de l’Université Columbia de New York dans le cadre d’un appel à projets émis l’an dernier conjointement par PSL Université (Paris) et Columbia Université in the City of New York.

Ce programme scientifique prolonge une série d’ateliers que nous avons organisés à Bayonne dans le cadre du Groupe de Recherche International du CNRS « Musiques du monde, immigration, développement urbain dans les métropoles internationales » (MIAMI –CNRS, PSL-EHESS, Bayonne). Il vise à implanter à Bayonne un pôle de recherche de rang international sur les pratiques musicales dans les situations de migration forcée.

70 millions de personnes vivent aujourd’hui en situation de migration forcée. Les causes sont multiples. Malgré ce nombre considérable et la tragédie dont il témoigne, les migrations forcées ne font pas l’objet d’études comparatives. Ce projet est donc une première. Il questionne la notion de migration d’une façon comparative, par le biais des pratiques musicales et d’autres pratiques sonores, en faisant entrer en dialogue des expériences de migration forcée vécues et analysées en Europe et dans les Amériques.

Ce projet compare donc des situations de déplacement de populations dans le monde et s’interroge sur l’émergence de pratiques musicales dans de telles circonstance : comment « de la musique » est-elle jouée dans ces circonstances ? Comment est-elle interprétée ? Quelles sont les conditions de stabilisation environnementale qui président à son émergence ? Il s’appuie en premier lieu sur une littérature scientifique qui traite de ces situations dans une perspective monographique. Les travaux sur l’histoire de l’esclavage et du colonialisme documentent ces aspects, ils permettent d’étudier aussi bien les déplacements internes à un pays (le cas de la Colombie et la relation de cette histoire avec la façon dont la musique est pensée (Weheliye 2014, Moten 2003). Cette approche originale permet de construire une ontologie de la musique profondément ancrée dans la question du déplacement forcé (Laborde 2017).

Cette histoire coloniale de la musique existe. Elle se situe à l’endroit exact où une histoire contemporaine de la musique (Ochoa Gautier 2014, Puig 2013) rencontre l’étude des formes politiques migratoires dans le monde. Ce qui nous préoccupe ici, ce n’est donc pas l’ontologie même des faits musicaux dans de tels cas (qu’est-ce que la musique ?), mais comment « la musique », parce qu’elle nous touche au plus profond, peut « soigner les blessures de l’âme », comment elle peut nourrir l’interaction avec les populations d’accueil comme cela s’est passé à Baigorri en 2015 (Laborde 2019), comment elle peut devenir un vecteur d’intégration. Le but de ce projet transatlantique est d’explorer de manière comparative comment et pourquoi la musique, ainsi que certaines expressions sonores et certaines formes de médiation qui lui sont associées, deviennent cruciales dans ces situations de déplacement et de questionner la façon dont la musique (c’est-à-dire la part intime de chaque migrant) se trouve encadrée, conditionnée, déterminée par ces rapports de domination, mais aussi comment elle peut parvenir à symétriser la relation entre migrants et population d’accueil, en révélant la culture qui habite quiconque se trouve en situation de migration forcée.

Insistons sur la dimension comparative de cette étude ambitieuse : la dimension comparative du projet permet de forger des hypothèses tangibles sur le fonctionnement de la musique dans les différents modes de migration forcée dans le monde d’aujourd’hui.

Dans un premier temps, notre étude vise le lien entre déplacement contraint, violence politique, colonialisme, changement climatique et extractivisme. L’extractivisme, tel que nous l’entendons ici, concerne bien sûr les diverses formes d’exploitation des ressources naturelles et environnementales, mais il concerne aussi les droits de la propriété intellectuelle et les formes de spoliation musicale dont les ethnomusicologues sont les témoins un peu partout dans le monde. Nous renvoyons ici à la fameuse étude de Steven Feld sur la berceuse Rorogwela que l’ethnomusicologue Hugo Zemp était allé enregistrer dans les années 1970 chez les Baegu des Îles Salomon pour le compte du CNRS, enregistrement qu’il a ensuite publié dans la collection UNESCO. Or, le groupe électro-pop Deep Forest a « empruntée » aux Baegu des îles Salomon, avant de l’arraisonner à un dance beat puis de la transformer en Sweet Lullaby au succès planétaire, repris ensuite par Jan Garbarek (Steven Feld, 2004).

Dans un second temps, nous multiplions les études sur la musique dans les camps de migrants : Calais, Grande-Synthe (France), Cremone (Italie), Sardaigne, mais aussi à Mentao (Burkina Fasso), Kakuma (Kenya), Burj al-Barajneh, Ain al Hilweh (Liban), Zaatari (Jordanie)…

Extractivisme, spoliation et changement climatique

L’équipe de la Columbia University à New York travaille pour l’essentiel sur l’Amérique latine et les Caraïbes. Ici, les études sont concentrées sur le problème du déplacement interne. De ce point de vue, le cas de la Colombie est emblématique. Malgré le processus de paix engagé voici presque une décennie, le Haut Commissariat au Réfugiés (HCR) évalue à 8 millions le nombre de personnes déplacées à l’intérieur-même du pays, ce qui fait de la Colombie le pays qui compte le plus grand nombre de personnes déplacées dans le monde. Par ailleurs, la spoliation des terres des peuples autochtones, ainsi que la relation entre le changement climatique, la crise économique et la migration dans les Caraïbes favorisent des déplacements de population qui ne sont pas voulus.

En Colombie, la plupart des dirigeants autochtones ont été assassinés pour avoir lutté pour la protection de l’environnement et contre l’extrativisme imposé. En conséquence, les peuples autochtones et les Afrodescendants fuient leurs propres territoires. Peut-on imaginer que la musique puisse jouer un rôle central dans de telles configurations de détresse ?

C’est à cette question que ce projet scientifique entend répondre. En ce qui concerne la Colombie, il interroge la place de la musique et des différents éléments sonores de l’environnement dans la construction d’une relation entre les êtres vivants, l’environnement et leur terre. En ce qui concerne les Caraïbes, il étudie le lien entre changement climatique, dépossession économique et musique à Vieques, Haïti et Porto Rico. Les populations qui habitent en ces lieux ont subi d’importants déplacements internes et des migrations forcées en raison de la spoliation économique et du changement climatique, l’un n’allant plus sans l’autre aujourd’hui. Dès lors, la relation au monde a changé de référents, et cela se traduit, du point de vue musical, par la production de nouveaux genres musicaux, l’adaptation de nouveaux styles de musique et ces processus de transformation ne sont pas documentés. C’est l’objet de ce travail.

L’équipe de Columbia University, New York

De nombreux chercheurs du Centre d’Ethnomusicologie de l’Université Columbia de New York sont impliqués dans ce projet sous la direction d’Ana María Ochoa Gautier. Elle-même étudiera la relation entre les entités vivantes, la musique et la relation à la terre dans les productions audiovisuelles réalisées par les cinéastes autochtones eux-mêmes.

Travaillant plutôt sur la Méditerranée, Alessandra Ciucci explorera la façon dont sonne le mot même de ruralité (l-’ǝrubiya). À partir de cette analyse phonologique, elle examinera le rôle de cette notion dans l’univers sonore que les Marocains et les Marocaines des plaines et des plateaux qui traversent la Méditerranée vers l’Italie emportent avec eux. Cette manière d’entrer sur la notion de ruralité par le son du mot vise à prendre au sérieux une double dimension de la notion : à la fois intensément locale qui renvoie à l’expérience que chacun fait de sa terre, et globale en ce que le mot renvoie à une expérience partagée par tous. Il s’agit donc d’entrer par le son sur une notion complexes et inaperçue des recherches en Sciences Sociales, afin d’explorer quelques-unes des questions politiques d’actualité dans une zone géoculturelle emblématique, la Méditerranée.

Les travaux d’Alejandra Bronfman considèrent le déplacement des populations à Porto Rico comme une conséquence délibérée de l’impérialisme américain. À Porto Rico, une curieuse notion qui fait de la migration une « soupape de sécurité » la fait considérer comme une alternative pour les populations qui habitent ces îles dépossédés de tout moyen de subsistance viable. Sur l’île de Vieques, par exemple, au sud-est de l’île principale de Porto Rico, la marine américaine a repoussé la population et a annexé les deux tiers de la surface de l’île pour en faire un terrain militaire dédié à l’entraînement des Marines et à des exercices de bombardement. La production musicale qui a émergé de ces fragments de cultures dissoutes par l’impératif militaire est à la fois farouchement critique et s’inspire avec créativité de décennies de mobilité dans la région des Caraïbes.

La crise migratoire européenne : analyse de cas

L’équipe européenne du projet ne cherchera pas à construit une théorie universelle des « musiques en migration ». Il ne s’agit pas de construire une approche surplombante qui viendrait à construire un modèle théorique qui permettrait ensuite d’examiner la réalité et d’y repérer des « exemples » de cette théorie préconstruite. Il s’agit tout au contraire de partir d’études de cas pour affiner ensuite, mais ensuite seulement, une analyse comparative, en examinant de quelle manière il est possible, ou pas, de monter en généralité pour trouver des modalités explicatives communes aux cas étudiés. C’est une manière de traiter la description des situations observables et de faire de la science en partant des situations observées pour remonter vers des règles applicables à ces situations.

Dès lors, quelques cas seront examinés. Denis Laborde présentera une situation de migrants à Baigorri (montagnes basques). Le 20 novembre 2015, une cinquantaine de migrants en provenance de Calais arrivent à Baigorri. Ils ont quitté le Soudan, l’Erythrée, le Tadjikistan, l’Afghanistan et le Kurdistan. Les bénévoles les aident dans leurs démarches ; ils offrent des ateliers et des activités qui sont organisés par des associations locales. Trois mois plus tard, les migrants veulent remercier le village. Ils organisent un « événement transculturel » : ils dansent et jouent eux-mêmes la danse pachtoune d’Afghanistan, des danses traditionnelles érythréennes, des chansons d’Afrique de l’Est…. L’un d’eux offre au public un maqam syrien. Pourquoi la musique pour exprimer la gratitude ? Qu’est-ce qui change à travers la musique quand « un migrant » devient « un musicien » ?

Mentao, Burkina Faso.

En octobre 2014, Marta Amico visite le camp (à 20 kilomètres de Ouagadougou) avec un musicien du groupe Tartit. Pour l’accueillir, un spectacle musical est organisé. Ici, la musique est un appel à la fête. En même temps, la musique est la raison des migrations car les groupes islamistes l’ont interdit dans le nord du Mali. Néanmoins, les migrants organisent des dj sets improvisés qui sont décrits comme des moyens de se connecter avec le reste du monde. Dans ces moments où tout cède, la musique reste.

Camps palestiniens de Burj al-Barajneh, banlieue sud de Beyrouth (Liban).

Justin de Gonzague est documentariste ; Nicolas Puig, ethnologue. Ils dessineront l’histoire du groupe de rap palestinien Katibé Khamsé en utilisant l’ethnomusicologie et l’anthropologie visuelle comme outils méthodologiques. Le processus cinématographique combine des images anciennes (2005), un tournage spécifique (dernier, novembre 2017), des témoignages enregistrés par les rappeurs eux-mêmes et une composition musicale. L’objectif est de décliner les narrations visuelles et sonores des engagements politiques, artistiques et sociaux de ces cinq jeunes hommes des camps palestiniens de Burj al-Barajneh, dans la banlieue sud de Beyrouth (Liban), qui sont maintenant réfugiés en Europe. Nicolas Puig analysera comment les musiciens négocient un lieu pour être en phase avec le monde contemporain. Justin de Gonzague expliquera le processus de réalisation du film.

Ghaza, Ketermaya, camps d’Ain al Hilweh (frontière sud de Beyrouth, vallée de la Bekaa), Liban.

Layale Chaker est membre du West-Eastern Divan Orchestra et ancienne étudiante à la Columbia University. Elle présentera une étude sur les réfugiés syriens et palestiniens au Liban (plus d’un quart de la population). Dans un pays divisé selon des critères religieux, politiques, socio-économiques et ethniques, l’éducation musicale est un outil de transmission du patrimoine oral et immatériel et un moyen d’autonomisation et d’expression personnelle grâce à ces nouvelles compétences musicales acquises.

Pausa (Bayonne, France) et gaztetxe Txantxarreka (Saint-Sébastien, Espagne)

Claire Clouet est post-doctorante à l’institut ARI. Elle consacre désormais ses recherches aux pratiques musicales des migrants dans deux dispositifs d’accueil. « Pausa », pour une pause après des semaines ou des mois de voyage. Un lieu où les migrants peuvent se restaurer, se doucher, dormir, s’informer, quels que soient leur provenance et leur destination. Un lieu auquel donnent vie les bénévoles de l’association Diakité, les salariés de l’association Atherbea, le soutien financier et moral de la municipalité de Bayonne et de la Communauté d’agglomération Pays Basque. Un lieu où le réveil se fait au son d’Alpha Blondy et où, pour passer le temps, les personnes hébergées écoutent leur musique sur les téléphones en mode haut-parleur. A Saint-Sébastien, dans le quartier central d’Antiguo, c’est le gaztetxe (du basque maison des jeunes) Txantxarreka qui s’est fait espace d’accueil. Depuis août 2018, une dizaine de migrants y sont hébergés, pour la plupart originaires du Cameroun. Dans ces deux lieux d’accueil, les pratiques musicales créent des formes de sociabilité imprévisibles.

Nous pourrions explorer des études de cas à l’infini. C’est pourquoi l’objectif de ce projet est de construire un point d’ancrage commun qui permette de conduire ces études de cas en centrant nos analyses sur les effets de l’anomie, plutôt que sur les causes de la migration. L’étude menée ici par les deux équipes scientifiques peut être considéré comme un projet d’ontologie musicale, si l’on considère l’ontologie comme une dynamique de recherche et non comme un cadre théorique préétabli. Mais bien plus encore, il s’agit de s’interroger sur les catégories de l’audition qui deviennent musicalement valides ou qui et pourquoi et sur la relation de cela avec les formes juridiques de formes de vie qui sont considérées comme valables (Weheliye 2014, Mienjtes 2017). Une telle question est cruciale pour comprendre le dialogue entre ontologie (subjective) et épistémologie (objective) dans les situations de déplacement forcé.

Livret-programme détaillé en cliquant ici : Displacements ARI Programme Colloque de Bayonne_compressed

Journées d’Informatique Musicale (JIM) Cité des Arts – Bayonne, du 13 au 15 mai 2019

 

Affiche réalisée par Margot Klein

Du 13 au 15 mai 2019, l’institut ARI se fait hôte de trois journées de rencontres musicales autour de l’informatique et des mathématiques. Plus de 70 chercheurs et artistes accueillis, en collaboration avec l’AFIM, le SCRIME, le LABRI, le Conservatoire à Rayonnement Régional de Bayonne, l’Ecole Supérieure d’Art Pays Basque…

Le livret-programme complet ici : JIM 2019 ARI Bayonne

Le rêve d’un arc entre Bilbao et Montréal et qui passe par Bayonne ; un projet présenté par Alain Bonardi, compositeur, Professeur à l’Université Paris 8 (en français, puis en basque)

Nous savons que les marins basques allaient pêcher la morue et chasser la baleine à Terre-Neuve dès 1517. Le chantier naval actuel[1] de reconstruction du baleinier San Juan dans la baie de Pasaia au Pays Basque côté espagnol, là où il a été assemblé il y a 450 ans, atteste de cette activité transatlantique.

A l’image de ces allers-retours des pêcheurs de Guipúzcoa, nous avons souhaité un programme artistique des Journées d’Informatique Musicale 2019 à la fois local, centré sur le Pays Basque et global, ouvert sur le monde francophone qui est celui de notre association, l’AFIM.

Cette année, nous dessinons un arc musical et artistique qui va de Bilbao à Montréal, en passant par Bayonne son centre, Bordeaux et Paris. Nous tissons des liens entre des centres très actifs, qui montrent la vitalité de nos disciplines, de la recherche-création et contribuent à la formation des jeunes compositeurs, créateurs et chercheurs. Ce sont d’abord ces jeunes qui sont mis à l’honneur dans ce programme artistique, associés à certains de leurs aînés. Nous parcourons des œuvres de musique mixte, électroacoustique, improvisée mais aussi des propositions venant des arts sonores, ainsi que des installations. Côté interprètes, nous avons choisi de mettre en valeur les talents de musiciens bayonnais, professeurs au Conservatoire à Rayonnement Régional de la ville. Enfin, dans l’esprit d’un des thèmes des JIM, l’immersion sonore, nous avons imaginé un dôme de 16 haut-parleurs destiné à la spatialisation des sons électroniques dans l’auditorium Grenet de la Cité des Arts.

Bilbao. De la Faculté des Beaux-Arts de l’Université du Pays Basque nous viennent deux contributions à situer du côté des arts sonores, Diapasons et Ur Tanta Gaixoa proposées par les artistes Mikel Arce d’une part, Josu Rekalde et Enrike Hurtado d’autre part.

Bayonne. La Cité des Arts qui accueille les JIM cette année met en valeur les productions de ses étudiants, que ce soit les installations des élèves de l’Ecole d’Art (Annie Etchepare, Marie Larquier, Tao Rousseau ; Maylis Benquet, Lisa Chartier-Thuilier, Léonie Pons, Lola Villabriga et Ines Rouatbi) ou les compositions des élèves (François Bernecker, Isabelle Omer, Oscar Vaurs) de la classe d’électroacoustique de Patrick Defossez ; ce dernier re-visitera son cycle CO2-Lieder selon deux modes : d’une part, musique improvisée en concert avec Anne-Gabriel Debaecker, Eric Lenormand et Charley Rose ; d’autre part, projection du documentaire de Pauline Laplace.

Bordeaux. Le SCRIME (Studio de création et de recherche en informatique et musiques expérimentales de l’université de Bordeaux) nous propose la reprise de trois œuvres acousmatiques créées en son sein : Dans l’os de Nathalie Aguer, Claudia’s loving you de Cyril Gourvat et Espace circulaire 1 : Arkaïm de Laurent Soulié. Pierre Cochard, ancien du SCRIME, présentera une installation sonore immersive, quarrè, s’appuyant sur les recherches et technologies développées au LaBRI, et par le collectif OSSIA. Christophe Havel, professeur au Conservatoire à Rayonnement Régional de Bordeaux montrera l’installation immersive Il Canto dei suicidi réalisée en collaboration avec Vincent Ciciliato. Thomas Meyssonnier propose quant à lui un univers acoustique virtuel intitulé CellGrid.

Paris. Du CICM/Université Paris 8 (Centre de Recherches Informatique et Création Musicale) viennent deux pièces issues de recherches sur le thème « synthèse sonore et spatialisation » : une création pour accordéon et électronique en temps réel de Nicolas Brochec, étudiant de Master 2 ancien élève du CRR de Bayonne, ainsi qu’une nouvelle étape de recherche-création du travail d’Alain Bonardi, Dans la Nef de nos songes.

Montréal. La Faculté de Musique de l’Université de Montréal nous propose trois compositions d’étudiants-doctorants de Robert Normandeau ou Pierre Michaud : une performance spatiale de Christophe Lengelé, Free parties will survive, la reprise de la pièce acousmatique de David Ledoux, Ville aux cent clochers, et la création d’une pièce mixte de Joshua Bucchi, Cage Effect, pour clavecin et électronique en temps réel.

Le programme artistique se déroule en trois étapes dans l’auditorium Grenet : lundi 13 mai un concert de musique électroacoustique ; mardi 14 mai, un concert de musique mixte et improvisée ; mercredi 15 mai, présentation de l’installation quarrè de Pierre Cochard. En parallèle, les installations visuelles et sonores sont présentées en salle 2 de l’École d’Arts lors des pauses café et déjeuner.

Nous voudrions tout d’abord remercier Thibaud Keller, Réalisateur en Informatique Musicale au SCRIME à Bordeaux et João Svidzinski, ATER au Département Musique de Paris 8/CICM pour leur participation très importante dans la préparation et le déroulement de ces événements artistiques. Au CRR de Bayonne, nos remerciements à Michaël Gavazzi son directeur, Vanessa Renaud en tant que responsable de la vie culturelle de l’établissement et Jean-Jacques Garcia, responsable de la régie et personnel technique, notamment concernant le prêt d’instruments et la communication. Merci également à Patrick Defossez d’avoir été le relais entre les JIM et le Conservatoire. Du côté de l’École d’Arts, nous remercions Frédéric Duprat, directeur adjoint, d’avoir monté un programme artistique à partir d’œuvres des élèves de son établissement et d’ouvrir une salle pour exposer les installations proposées.

A toutes et tous, nous souhaitons trois belles journées d’échange, d’écoute, de découverte ici au Pays Basque.

Pour le comité artistique des JIM 2019,

Alain Bonardi

[1] Projet Albaola, Faktoria Maritime Basque : http://www.albaola.com

____________

Bilbotik Montréalera

Badakigu euskal marinelak 1517tik Ternuaraino zihoazela bakailaoa arrantzatu eta balea ihiztatzeko. Espainol aldean, Euskal Herriko Pasaiako badian gaur egun plantatu San Juan baleontziaren berriz eraikitzeko ontziola[1], bertan osatua izan baitzen duela 450 urte, dugu Atlantikoaz haraindiko jarduera honen lekuko dugu.

Gipuzkoako arrantzaleek burutu joan-etorri hauen gisara, aldi berean tokikoa, Euskal Herrian zentraturik, eta orokorra, AFIM, gure elkartearena den mundu frankofonoari irekia zaien programazio artistikoa apailatu nahi izan dugu2019ko Musika Informatikoen Egunen karietara.

Aurtengoan, Bilbotik Montréalera doan musika eta arte arku bat marrazten dugu, honen erdian den Baiona, bai eta Bordele eta Paris zeharkatuz. Loturak sortzen ditugu hain aktiboak diren zentro batzuen artean, gure arloen, ikerketa-sorkuntzaren bizkortasuna erakutsiz eta musikagile, sortzaile eta ikerlari gazteen formakuntza sustatuz. Gazteak dira bereziki argira ekarriak programazio artistiko honen bidez, aitzinagoko batzuk ahantzi gabe. Musika mota desberdinetako obrak arakatzen ditugu, elektroakustikoan inprobisatuak, baina ere soinu arteetatik datozen proposamenak ere. Joileei dagokienez, hiriko Eskualde Mailako Kontserbatorioan irakasle diren baionar musikarien trebetasunei leku handia ematearen alde egin dugu. Azkenik, soinu murgiltzea, JIM hauen gaietako bat sakontzearren, soinu elektronikoak Arte Hiriko Grenet entzutegian esapaziotzeko, 16 bozgoragailu kupula asmatu dugu.

Bilbo. Soinu arteen sailan kokatu beharreko bi ekarpen datozkigu Euskal Herriko Arte-Ederretako Fakultatetik, alde batetik Mikel Arce eta beste aldetik Josu Rekalde eta Enrike Hurtado euskal artistek eskaini Diapasons eta Ur Tanta Gaixoa.

Baiona. JIM-ak aurten aterpetzen dituen Arte Hiriak bertako ikasleen obrak ditu argira ekarriko, izan Arte Eskolako ikasleen muntadurak (Annie Etchepare, Marie Larquier, Tao Rousseau ; Maylis Benquet, Lisa Chartier-Thuilier, Léonie Pons, Lola Villabriga eta Ines Rouatbi) edo Patrick Defossez-en elektroakustiko klaseko  ikasleen sorkuntzak (François Bernecker, Isabelle Omer, Oscar Vaurs); bi moduei jarrikiz birbisitatuko du CO2-Lieder haren zikloa: alde batetik, musika inprobisatua Anne-Gabriel Debaecker, Eric Lenormand eta Charley Rose-rekin elkarturik eskaini emanaldian; eta, beste aldetik, Pauline Laplace-ren dokumentalaren proiekzioarekin.

Bordele. SCRIME-k (Bordeleko unibertsitateko informatiko eta musika esperimentuak sorkuntza eta ikerketa estudioa) bere baitan sortu hiru obra akusmatiko berriz hartzea proposatzen digu: Nathalie Aguer-en Dans l’os, Cyril Gourvat-en Claudia’s loving you eta Laurent Soulié-ren Espace circulaire 1 : Arkaïm. SCRIME-tik ibilitako Pierre Cochard-ek, LaBRI-n eta OSSIA kolektiboak garatu ikerketa eta teknologietan oinarritu quarrè, soinu muntadura murgilgarria aurkeztuko du. Bordeleko Eskualde Mailako Kontserbatorioko irakasle den Christophe Havel-ek, Vincent Ciciliato-rekin lankidetzan sortu Il Canto dei suicidi, muntadura murgilgarria erakutsiko du. Thomas Meyssonnierek bere aldetik, CellGrid deitu unibertso akustiko birtuala eskainiko du.

Paris. CICM/ Paris 8 Unibertsitatetik (Informatika eta Musika Sorkuntza Ikerketa Zentroa) « soinu sintesia eta espaziolizatze » gaiaz burutu ikerketetan oinarritu bi obra datozkigu: Nicolas Brochec, Master 2-ko ikasle eta Baionako CCR/EMK-ko ikasle ohiak eskusoinu eta elektronikorako sorkuntza denbora errealean joa, bai eta Dans la Nef de nos songes, Alain Bonardi-ren lanaren ikerketa-sorkuntzaren etapa berria.

Montréal. Montréaleko Unibertsitateko Musika Fakultateak, Robert Normandeau edo Pierre Michaud-en ikasle-doktoregaien hiru sorkuntza proposatzen digu : Free parties will survive, Christophe Lengelé-ren espazio performance bat, Ville aux cent clochers David Ledoux-en pieza akusmatikoaren berriz ematea, eta klabezinerako eta denbora errealeko elektronikorako Cage Effect, Joshua Bucchi-ren pieza mistoa.

Hiru alditan burutuko da programa artistikoa Grenet entzutegian: maiatzaren 13an, astelehenarekin, musika elektroakustiko emanaldia; maiatzaren 14an, asteartearekin, musika misto eta inprobisatu emanaldia; maiatzaren 15ean, asteazkenarekin, Pierre Cochard-en quarrè muntaduraren aurkezpena. Aldi berean, begi eta soinu muntadurak Arte Eskolako 2 gelan ikusgai izanen dira kafe eta bazkari pausen garaian.

Nahi genituzke lehenik Thibaud Keller Bordeleko SCRIME-n Musika Informatiko Errealizadorea eta João Svidzinski, Paris 8/CICM-eko Musika Departamenduko ATER eskertu, arte gertakizun hauen prestatketan eta antolaketan ukan duten partehartze garrantzitsuaz. Baionako ESK/CCR-i ere, gure eskerrak Michaël Gavazzi zuzendaria, Vanessa Renaud kultur bizirako arduraduna eta Jean-Jacques Garcia, zuzendaritza eta langile teknikoen arduradunari, bereziki tresnak prestatu eta komunikazioa hedatzeagatik. Eskerrak ere Patrick Defossez-i JIM eta kontserbatorioaren arteko harremana segurtatzeagatik. Arte Eskolari dagokionez, Frédéric Duprat zuzendari ordea dugu eskertu nahi, bere eskolako ikasleen obretatik abiatu programazio artistikoa antolatu eta proposatu muntadurak erakusgai jartzeko gela bat eskaini duelako.

Zuei denei, onena desiratzen dizuegu hona, Euskal Herrira, hiru egun horietan elkartrukatu, entzun eta gauza berriak ezagutzera hurbilduko zaretelarik.

2019ko JIM-etako batzorde artistikoaren izenean,

Alain Bonardi

[1] Projet Albaola, Faktoria Maritime Basque : http://www.albaola.com

 

 

 

Le Grand débat 2018 / Eztabaida handia: Les Migrants ne savent pas nager

Jeudi 6 septembre 2018, Cinéma L’Atalante, Bayonne

Dans le cadre de l’Université d’été franco-allemande (UFA) sur La Musique dans les camps de migrants, ARI a organisé avec le Center for World Music de l’Université de Hildesheim (Allemagne) un grand débat autour du film de Jean-Paul MARI : “Les Migrants ne savent pas nager”.

Ont participé à ce débat :

Klaus Vogel, capitaine du nvaire L’Aquarius, co-fondateur de SOS Méditerranée

Michel Agier, ethnologue, directeur d’études à l’EHESS, Paris

Andrea Shaheen Espinoza, ethnomusicologue, University of Texas at El Paso

Wolfgang Kaschuba, directeur de l’Institut de Recherche sur les Migrations (BiM), Université Humboldt, Berlin

Jean-Daniel Elichiry, directeur du Foyer Atherbea et du CADA Pays Basque, Bayonne

Armelle Gaulier, ethnomusicologue, LAM, Sciences-Po, Bordeaux (traductrice)

débat animé par Denis Laborde, ethnomusicologue, directeur de l’Institut ARI, CNRS-EHESS

Colloque Juin 2019: La Fabrique des traditions en période d’incertitude identitaire

Colloque: La fabrique des traditions en période d’incertitude identitaire

Colloque Ethnopôle basque

Bayonne, 13 – 14 juin 2019

Le métier d’ethnologue se caractérise par son attachement à certaines notions dont l’étude, appliquée aux sociétés humaines, dessine un domaine de compétence propre. Parmi ces notions, on rencontre la culture, la tradition, la langue, l’identité, la transmission, les savoir-faire, les manières d’être, les stratégies matrimoniales, les sports, les chants, les danses, les arts, les rituels, les multiples formes d’organisation sociale… Cependant les ethnologues ne sont pas les seuls à manier ces notions : dans notre vis de tous les jours, chacun de nous y recourt sans cesse et chacun les mobilise à sa guise pour décrire la réalité, qu’il s’agisse de sports, de chants, de rituels, de traditions variées. Et lorsqu’en Pays Basque on parvient à accrocher une de ces notions à une pratique observable, lorsqu’on accroche une idée de pelote basque à des jeunes qui jouent dans un trinquet ou lorsqu’on accroche une idée de culture basque à un plat particulier, alors cette pratique que l’on observe (le jeu dans le trinquet, le plat…) devient un marqueur de l’identité basque. Ce qui retient notre attention dans ce colloque, c’est la façon dont ces marqueurs de l’identité basque s’inscrivent dans le temps, qu’il se stabilisent, qu’ils perdurent tels quels ou qu’il se renouvellent considérablement.

Or, longtemps les ethnologues ont pensé la permanence des cultures humaines dans le temps comme une réplication du même. Le dictionnaire usuel nous dit d’ailleurs que l’identité est le « caractère de ce qui demeure identique ou égal à soi-même dans le temps » (Le Robert). S’il existe donc encore de nos jours une « culture basque », c’est parce que les Basques ont su développer une capacité à rester « égaux à eux-mêmes dans le temps », alors que les Étrusques par exemple, qui furent pourtant leurs contemporains jusqu’au 1er siècle av. J.-C., disparurent faute d’avoir su développer une semblable capacité. Or, ce n’est pas exactement de cette façon que nous analysons aujourd’hui l’inscription des identités collectives dans le temps. Le paradoxe du bateau de Thésée va nous aider à penser cette question de la permanence de l’identité. La vie des Hommes illustres de Plutarque est son point de départ, il est relayé par Thomas Hobbes, John Locke, David Hume, par une philosophie d’inspiration analytique, et Gérard Lenclud a transposé le questionnement dans le domaine de l’anthropologie.

Les identités collectives dans le temps

À son retour des mers, Thésée, mythique roi d’Athènes, arrima son bateau au port du Pirée. Le navire du héros fut vénéré par les Athéniens, par les Ioniens, mais bientôt les Sophistes eurent l’idée de poser au navire quelques questions d’identité. Le bateau de Thésée est à quai. Il ne navigue plus. Il s’abîme. Ses planches s’usent. Mais les services d’entretien de la cité d’Athènes veillent sur la relique : les planches usées sont régulièrement remplacées par de nouvelles.

Alors les Sophistes interrogent : à mesure que les vieilles planches remplacent les anciennes, ce bateau change, disent-ils. Mais alors, si les planches changent, peut-on dire du bateau de Thésée qu’il reste le même bateau ? Et lorsque toutes les planches auront été remplacées, ajoutent-ils, le bateau de Thésée sera-t-il le même bateau ou en sera-t-il devenu un autre ? Autrement dit, le remplacement de ses planches d’origine par des planches nouvelles garantit-il la permanence de l’identité du bateau dans le temps ou bien le transforme-t-il en un autre bateau, qui n’est donc plus « le bateau de Thésée » ?

Les philosophes britanniques reprirent au XVIIe siècle cette question pour la complexifier. Imaginons, dit par exemple Hobbes dans son De Corpore (1655), qu’un ouvrier d’Athènes récupère les vielles planches du bateau de Thésée, celles que les employés de la Cité jettent à la décharge publique, et imaginons qu’il les réassemble méticuleusement dans son hangar exactement comme elles l’étaient sur le port. Il restitue donc, dans son hangar, « le bateau de Thésée ». Cela signifie qu’à terme, il y aurait deux bateaux revendiquant la même identité « bateau de Thésée ». Lequel des deux bateaux serait « le vrai » ? Le bateau perpétuellement rénové sur le port et dont, à terme, plus aucune planche n’aura connu Thésée ? ou bien le bateau réassemblé avec les planches d’origine, ces planches qui ont bien connu Thésée, mais qui ne tiennent plus, se désagrègent, et, à terme, deviennent un tas de sciure ? Si l’on parie sur le bateau flambant neuf, nous dit Gérard Lenclud, alors on opte pour une conception de l’identité qui préserve la forme mais sacrifie les matériaux (identité formelle) ; si l’on parie pour le bateau reconstruit avec les planches d’origine, alors on opte pour une conception de l’identité qui préserve les substances d’origine, mais sacrifie la forme (identité des substances). Tout l’enjeu de ces réflexions tient dans le défi de tenir ensemble identité et changement dans le temps.

C’est à cette question, appliquée à bien d’autres marqueurs identitaires, que l’ethnopôle basque propose de consacrer son colloque annuel. Sous le titre La fabrique des traditions en période d’incertitude identitaire, il propose d’interroger la façon dont une société reste la même tout en changeant considérablement à l’ère de la mondialisation et invente pour cela de nouveaux marqueurs identitaires ou revisite des marqueurs établis qui font le ciment d’une société humaine. Il propose aussi d’interroger les critères de l’identité. La rencontre se fera dans une perspective comparatiste.

Être basque

Dans la mesure où ce colloque est organisé par l’Ethnopôle basque, il visera la question identitaire basque en premier lieu. Cependant, l’intérêt du questionnement ne vaut que par la comparaison avec d’autres situations, avec des questions semblables qui se posent dans des contextes différents, avec une attention particulière prêtée, d’une part, à l’analyse de contextes marqués parfois par un fort conservatisme identitaire qui s’inscrit en réaction contre le mouvement de mondialisation (Italie, Pologne, Autriche, Hongrie) et une attention prêtée, d’autre part, à des dynamiques de perpétuation identitaire qui font de l’Europe un espace possible d’émancipation identitaire qui atténue la puissance régalienne de l’État (Écosse, Irlande, Catalogne).

Mais au long de ces deux journées, c’est l’introduction du temps dans la pensée de l’identité qui sera la cible de notre intérêt, quels que soient les cas étudiés. Cela vaut au niveau de l’identité individuelle, bien sûr : je suis bien identique à moi-même, pourtant lorsque je montre la photo de mon ancien permis de conduire à mes enfants, ils ont du mal à me reconnaître : où est l’original, disent-ils, dans le père qu’ils ont en face d’eux ou dans la photo d’il y a trente ans ? Et de façon réflexive, leur question me trouble, évidemment : ai-je donc été obligé de changer à ce point pour pouvoir rester moi-même ? Jamais je ne me suis senti aussi proche du bateau de Thésée qu’au moment où j’écris ces lignes.

Par ailleurs, complexifions encore pour nous saisir de « l’incertitude identitaire » – qui n’est pas nécessairement une fragilité. Les sciences sociales ont beaucoup travaillé la question des identités multiples en faisant intervenir de multiples variables dans la formation de l’identité : une même personne ne peut-elle pas se sentir basque ailleurs et d’ailleurs en Pays Basque ? Et se définir tout autrement à d’autres moments de la vie sociale, en fonction de situations familiales, professionnelles, sportives, politiques, artistiques qui façonnent aussi des identités temporelles… Il y a donc une part d’autodétermination dans la façon dont chacun de nous endosse ses identités multiples. Mais peut-on poser au niveau des identités collectives ces questions que nous formulons sans trop de difficultés au plan individuel ?

La société basque d’aujourd’hui est bien la société basque, chacun en convient. Pourtant nul ne contredira le fait qu’elle est, à l’ère du numérique, bien différente de celle d’un temps où ma grand-mère faisait tous les jours à pied le trajet d’Ibarron à Ascain pour aller travailler lorsqu’elle avait 14 ans… Tout un monde semble nous séparer de cette époque, pourtant c’est bien de la société basque que l’on parle, c’est-à-dire d’une société qui, une fois projetée dans l’histoire, demeure à nos yeux suffisamment identique à elle-même pour qu’elle puisse aujourd’hui encore se qualifier de basque et s’inscrire dans la continuité avec des temps plus anciens. Mais alors, nouveau retour au bateau de Thésée, ne serait-ce qu’à la condition de changer considérablement qu’une collectivité humaine peut demeurer identique à elle-même ?

Les sciences anthropologiques ont bien acté désormais le fait que les traditions ne sont pas des processus de reproduction de rituels à l’identique mais bien des programmes de réécriture, de réinvention permanente à travers des objets, à travers des pactes sociaux, des manières de faire société, des manières de travailler, de fabriquer des rituels qui, pour perdurer dans le temps, ont changé considérablement : la Bixintxo est toujours la Bixintxo, pourtant elle a dû aménager sa tamborrada, organiser une parité femmes / hommes pour que ce défilé, réservé traditionnellement aux hommes puisse continuer à exister comme un marqueur de l’identité basque aujourd’hui ; la liturgie basque s’est considérablement amendée pour continuer à faire du « chant d’église » un marqueur de l’identité basque ; la pelote basque s’est ajustée aux exigences contemporaines du sport de haut niveau pour continuer à passionner un public plus large ; la langue basque elle-même, qui est le cœur de l’identité, se trouve sans cesse aménagée afin de demeurer une langue véhiculaire, une langue technique, une langue de création artistique… L’énumération est sans fin : langue, musique, nourriture, repas, système juridique, régime successoral, médias, domaine foncier, techniques agricoles, urbanisme, cadre entrepreneurial, coopératives, sport, enseignement… L’identité basque fonctionne dans l’espace social grâce à la mobilisation de marques et à l’explicitation de signalétiques qui donne sens à ces marques, et dont on peut observer, expliquer, revendiquer ou rejeter le fonctionnement.

Pour le dire autrement, si l’identité est du ressort de la subjectivité (est basque celui qui se dit l’être), il n’en demeure pas moins que la traduction de cette subjectivité dans l’espace social passe par des marques et des signalétiques qui montrent cette subjectivité et lui procurent une existence dans l’espace public. Ainsi, si l’identité est subjective sur le plan ontologique, elle est objective sur un plan épistémologique. Cette objectivité des pratiques et des discours est la cible de ce colloque.

En particulier, il s’agira de confronter ces marqueurs à la prolifération de signaux, d’emblèmes, de marques qui saturent l’espace basque aujourd’hui : Biarritz (les deux rochers, en basque) est devenue « une marque » ; le 2 juin 2015, l’Aéroport de Biarritz-Anglet-Bayonne est devenu Aéroport de Biarritz – Pays Basque où Pays Basque s’entend comme une marque ; et les réflexions du Conseil de Développement du Pays Basque ont accompagné dans les dernières années ce glissement sémantique et symbolique.

Nous inviterons donc à ce colloque des marqueurs du monde industriel, touristique, sportif, sociétal : Alki, Sokoa, Quiksilver, Goicoechea, Euskal Moneta, la CCI elle-même renouvellent l’espace des emblèmes basques en assurant une forme de disponibilité culturelle des référents basques dans des politiques de communication.

Ces discours publicitaires brouille les repères identitaires et créent des zones d’incertitude dans une aire culturelle marquée par une forte attractivité et par un solde migratoire positif de 19.372 habitants pour la période 2011 – 2016 (Insee), qui constitue en soi un défi, car une identité basque n’aura quelque chance de durer dans le temps qu’à la condition d’intégrer cette population nouvelle dans son univers de culture, et en lui procurant l’opportunité de l’apprentissage d’un Être basque.

Ce colloque ouvert à tous aura lieu les 13 et 14 juin 2019, au Musée Basque de Bayonne. Dans l’espace de ces deux journées, les analyses portant sur l’espace culturel basque seront confrontées à d’autres analyses portant sur des espaces culturels distincts qui partagent ce questionnement sur le renouvellement de marqueurs identitaires imposés par la mondialisation pour en faire un atout de développement (Catalogne, Écosse, Irlande), ou pour en faire l’argument d’un repli identitaire (Allemagne, Hongrie, Pologne, Italie, Brésil, Turquie, Kirghizstan).

Denis Laborde, ARI

CNRS-EHESS Bayonne

Cité des Arts

3 avenue Jean Darrigrand

64100 Bayonne