Liberté pour Fariba Adelkhah, anthropologue emprisonnée en Iran depuis juin 2019

Le 20 mars dernier, après près de 300 jours de rétention, Roland Marchal, chercheur au Centre de recherches internationales (Ceri) de Sciences Po, était enfin libéré. Fariba Adelkhah, chercheuse dans ce même centre, elle, est encore incarcérée. Son procès pour « propagande contre le système politique de la République islamique » et « collusion en vue d’attenter à la sûreté nationale » aura lieu demain, le 18 avril. En temps de confinement, la communauté scientifique reste mobilisée pour sa libération : https://faribaroland.hypotheses.org/

5-6 mars 2020 : Colloque retour à la Columbia University, New York

En mai 2019, l’institut ARI accueillait à Bayonne les chercheurs du centre d’ethnomusicologie de la Columbia University dans le cadre du colloque « Les pratiques musicales des personnes en situation de migration forcée ».

Les 5 et 6 mars 2020, quelques jours avant la fermeture de l’université Columbia pour mesures sanitaires, nous avons participé au colloque « Music and Migration » co-organisé par Ana Maria Ochoa et Alessandra Ciucci, et soutenu par le Center for ethnomusicology et le Center for the Study of Ethnicity and Race.

Ces colloques s’inscrivent dans le programme « Musical Pratices in Situation of Forced Migration » que l’institut ARI développe en collaboration avec la Columbia University.

Journée « Hospitalités », le 9 février 2020, au Colisée à Biarritz, de 14h à…

Une journée organisée par l’association Artistes et Associés (https://www.artistesetassocies.org/), à laquelle participent ARI et le festival Haizebegi (https://haizebegi.eu/).

Une journée d’échanges et d’improvisations sur le thème de l’hospitalité, en présence du philosophe et historien de l’art Georges Didi-Huberman, de la compagnie transartistique de divagation de Bernard Lubat (http://www.cie-lubat.org/La-Cie/), de Kristof Hiriart (https://www.eke.eus/fr/culture-basque/entretiens-acteurs-culturels-basques/kristof-hiriart), du danseur et musicien sénégalais Sidy Koné Cissokho, qui sera présent aux côtés de la troupe Xeri de Bakel (est du Sénégal) à la prochaine édition du festival Haizebegi, du 8 au 18 octobre 2020.

Un espace-temps ouvert à toutes et à tous, entrée libre.

Festival Haizebegi Les mondes de la musique du 10 au 20 octobre à Bayonne


10 jours où l’improbable devient possible.

Pour la sixième édition, l’institut ARI et l’association Munduko Musika Etxea dont Denis Laborde est le directeur, organisent « Haizebegi », un temps de rencontres exceptionnelles, avec cette année un focus sur la Terre de Feu.

Site internet du festival : https://haizebegi.eu/

Haizebegi, c’est aussi une revue annuelle d’anthropologie de la musique : https://haizebegi.eu/wp-content/uploads/2019/11/Haizebegi6-Bon-de-commande.pdf

LES INSTITUTIONS CULTURELLES FACE A LA CRISE MIGRATOIRE EN EUROPE – Université d’été franco-allemande – 1er-7 septembre 2019 – institut ARI, Bayonne

Du 1er du 7 septembre 2019, l’institut ARI accueille une quinzaine de jeunes chercheurs européens pour réfléchir, une fois la « crise » moins aiguë, à l’accueil que les instituions culturelles réservent aux migrants.

Temps fort de la semaine le 4 septembre 2019 : « Le temps des migrants », projection et débat au cinéma L’Atalante, Bayonne

Projection du film DIE LETZTEN TAGE (Les derniers jours) de Lalit Vachari

….Les derniers jours d’un premier centre d’accueil pour migrants dans une petite ville allemande, Sankt-Andreasberg, au cœur du Harz. Après l’ouverture des frontières allemandes aux migrants au mois de juillet 2015, près d’un million de personnes sont entrées en Allemagne, fuyant les guerres en Syrie et d’ailleurs. Dans la petiteville de St. Andreasberg , dans les montagnes du Harz, la population double du jour au lendemain : 1.500 migrants sont accueillis dans un ancien sanatorium réinvesti pour l’occasion par l’ASB (Arbeiter-Samariter-Bund) en charge de leur accueil. Un an plus tard, Lalit Vachani se rend sur place et filme : «Dans l’été 2016, lorsque nous avons commencé à filmer dans la première salle d’accueil de l’ASB à St. Andreasberg, le point culminant des arrivées de migrants –dans une atmosphère de panique, d’incertitude et de tension –était passé. Les migrants, qui étaient arrivés sur place un an plus tôt, avaient quitté les lieux. L’Allemagne avait changé de politique». DIE LETZTEN TAGE est un film sur la fermeture du premier centre d’accueil de migrants. Les travailleurs de l’ASB font leurs valises. Huit d’entre eux partagent leurs souvenirs de ce que fut le moment exceptionnel de ce lieu.

Suivi d’un débat en présence de Bernadette Mousques, adjointe au maire de Baigorri, présidente de la Commission Éducation Jeunesse ; Anja Muenzer, travailleuse sociale au centre de St. Andreasberg; Raimund Vogels, directeur du Center for World Music, Uni. Hildesheim; Jean-Daniel Elichiry, directeur d’Atherbea, Bayonne, chargé de la coordination de l’accueil des migrants en Pays Basque ; Omar Ibrahim, artiste syrien. Débat animé par Denis Laborde, CNRS-EHESS, Institut ARI, Bayonne

Un événement soutenu par l’UFA, le Center for World Music (Hildesheim) et le centre Georg-Simmel (EHESS-CNRS)

Appel à Résidences de Recherche de l’Université Internationale de l’Équateur

ARI relaie ! Pour créer et/ou renforcer des réseaux de recherches internationaux.

Résidences de recherches ouvertes aux docteur.e.s et pour une durée de trois mois.  

Toute l’information est sur la page suivante: https://www.uide.edu.ec/investigacion/cooperacion-internacional/residencias-de-investigacion/.

Musical Displacements, Economic Dispossession and Climate Change Bayonne, du 23 au 25 mai 2019

Trois journées de colloque réunissant chercheurs et chercheuses, artistes, journalistes, écrivain(e)s, acteurs associatifs, hommes et femmes politiques autour des questions de l’art et de l’exil. 

Programme détaillé en cliquant ici :  Colloque ARI Bayonne 23-25 mai 2019

Des journées portées par une collaboration entre l’Institut ARI et la Columbia University. L’explication en anglais d’abord, puis en français :

The Bayonne International Symposium is the first of a cooperation prgramme between the ARI Institute of Bayonne (CNRS-EHESS) and the Center for Ethnomusicology of the Music Department, Columbia University (New York) as part of a call for projects issued last year by PSL Université (Paris) and Columbia University (New York). This two-year research program will include another symposium in New York (March 2020) and should be followed by a collective publication on the musical practices of migrants in forced migration situations.

This research program extends a series of workshops we organized in recent months with the GDRI program “World music, immigration, urban development in international metropolises” (CNRS, PSL-EHESS, Bayonne). It offers a way to support a research pole that focuses on a budding theme in social sciences: musical practices in situations of forced migration. The program proposes to organize two seminars, one of which will be held at EHESS’s Bayonne antenna (64) on October 11th and 12, 2018 as part of “Haizebegi, worlds of music” Festival (www.haizebegi.eu), the second one will be held in New York on October 24 and 25 2019. The aim of this project is to work on an eventual joint publication (probably Duke University Press) on comparative practices and politics of music and migration.

Forced migrations are usually not studied comparatively. This project proposes to unsettle the very notion of the concept of migration comparatively via musical and other sonorous practices by getting into conversation experiences of forced migration from Europe and the Americas.

Since this project seeks to compare different situations of displacement, it draws on different types of literature that speak to such situations. Such literature includes the displacements generated by contemporary extractivism, the history of slavery and colonialism as central to the formation of BOTH internal and external displacements and the relation of such a history to the very way music is thought (Weheliye 2014 , Moten 2003) and therefore to an ontology of music deeply embedded in the question of forced displacement (Laborde 2017). Such a colonial history is linked to the contemporary ontology of music (Ochoa Gautier 2014, Puig 2013) and thereby to other forms of extractivism and to migration politics worldwide. So our concern is not the very ontology of musical facts in such cases but how it is profoundly based on a history of the colonial that persists in the very situation of displacement today. Our purpose is to comparatively explore how and why music and attendant sonic expressions and mediations are crucial in these situations and to question the way music is framed by them.

This is about constructing a comparative project that questions assumptions about the way music functions in different modes of forced displacement and forced migration in today’s world and including different practices and modes of displacement. We are especially concerned about the link between extractivism (including intellectual property rights and music), displacement, political violence, colonialism and climate change (or dispossession of lands due to extractivism) on one hand, and the making of music in migrant camps in France, Burkina Fasso and Lebanon on the other one.

Columbia University
In terms of Latin America and the Caribbean we propose to focus the problem of internal displacement (Colombia is the country with most internally displaced people in the world) and dispossession of lands of indigenous peoples as well as the relationship between climate change, economic crisis and Caribbean migration. Colombia has become one of the countries with most indigenous leaders assassinated for struggles of protection of the environment, forcing indigenous peoples and afrodescendants to flee their territories. This project seeks to explore the centrality of music and of different sonorous elements in understanding such a differential notion of relation between living beings, the environment and their relation to the land. In terms of the Caribbean, we propose to focus on the relationship between climate change, economic dispossession and music in Vieques, Haiti and Puerto Rico. These places have suffered major internal displacements and forced migrations due to the relation between economic dispossession and climate change. The production or adaptation of new musical genres and of audiovisual material are crucial aspects of his study.

On the Columbia University side of the project some of the participants are:

Ana María Ochoa Gautier will present papers contrasting the how the relation between living entities, music and relation to the land appears in audiovisual productions by indigenous film makers.

Alessandra Ciucci will explore the significance of a notion of the rural (l-’ǝrubiya), and its role in sound, for Moroccans from the plains and plateaus who have crossed and continue crossing the Mediterranean to Italy. In grappling with a notion of the rural that is both intensely local and part of a transnational network, this research aims to provide a different point of entry—through sound—to explore burning political questions in an emblematic geo-cultural zone: the Mediterranean.

Alejandra Bronfman’s paper argues for understanding displacement as an intentional outcome of US imperialism. In Puerto Rico, the concept of migration as a ‘safety valve’ was considered a solution for islanders dispossessed of viable ways to make a living. On the island of Vieques, the US Navy removed and relocated the population as they claimed two thirds of the land for war games, training, and bombing practice. The music that emerged out of these motilities is both fiercely critical of and draws creatively from decades of mobility in the circum-caribbean.

PSL – EHESS (Paris-Bayonne)

Case studies. The PSL team will not propose a « top/down » approach that would invest a general theory whose examination of reality would be responsible for verifying the conditions of truthfulness, as it will rather – as we suggested above – unfold from case studies in order to sharpen a comparative analysis, in a “bottom/up” way of dealing with description.

Denis Laborde will present a migrant situation in Baigorri (french basque mountains). On 20 November 2015, about fifty migrants coming from Calais arrive in Baigorri. They have left Sudan, Eritrea, Tajikistan, Afghanistan and Kurdistan. Volunteers help them in their procedures; offer workshops and activities that are organized by local associations. Three months later, migrants want to thank the village. They organize a “Transcultural Event”: they dance and play themselves the Pashto attan dance from Afghanistan, some Eritrean traditional dances, songs from East Africa… One of them offers the audience a Syrian maqam. Why music to express gratitude? What is changing through music when “a migrant” becomes “a musician”?

Mentao, Burkina Faso

In October 2014, Marta Amico visits the camp (20 kilometers from Ouagadougou) with a musician from the Tartit group. To welcome her, a musical performance is organized. Here, music is the main plea for celebrations. But at the same time, music is the reason of migrations, as islamist groups have forbidden it in northern Mali. Nevertheless, migrants organize improvised dj sets that are described as ways to connect with the rest of world. In these moments where everything gives way, music remains.

Burj al-Barajneh Palestinian camps, southern suburb of Beirut (Lebanon)

Justin de Gonzague is a documentarist; Nicolas Puig, an ethnologist. They will draw the History of the Palestinian Rap Band Katibé Khamsé by using ethnomusicology and visual anthropology as methodological tools. The film process combines old images (2005), specific shooting (last one, November 2017), testimonies recorded by the rappers themselves and a musical composition. The goal is to decline visuals and sounds narrations of the political, artistic and social commitments of those five young men from Burj al-Barajneh Palestinian camps in the southern suburb of Beirut (Lebanon) who are now refugees in Europe. Nicolas Puig will analyse how musicians negotiate a place to be in tune with the contemporary world. Justin de Gonzague will explain the film making process.

Ghaza, Ketermaya, Ain al Hilweh camps (Southern border of Beirut, Bekaa Valley), Lebanon

Layale Chaker (PhD Student at the PSL-EHESS) is a member of the West-Eastern Divan Orchestra and former student at Columbia University. She will present a study on Syrian and Palestinian refugees in Lebanon (over one quarter of the population). In a country divided along religious, political, socio-economic, and ethnic lines, musical education is a tool of transmission of oral and intangible heritage, and a medium of empowerment and self-expression through these newly-acquired musical skills.

 Pausa Centre (Bayonne, France) and the Txantxarreka gaztetxe (San Sebastian, Spain) »

Claire Clouet is a post-doctoral fellow at the ARI institute. She is currently conducting her research in the Basque Country. « Pausa », for a break after weeks or months of travel. A place where migrants can eat, shower, sleep and get information, whatever their origin and destination. A place to which the volunteers of the Diakité association, the employees of the Atherbea association, the financial and moral support of the municipality of Bayonne and the Communauté d’agglomération Pays Basque give life. A place where the awakening is to the sound of Alpha Blondy and where, to pass the time, the guests listen to their music on the phones in loudspeaker mode. In San Sebastian, in the central district of Antiguo, it is the gaztetxe (from the Basque youth centre) Txantxarreka that has become a reception area. Since August 2018, about ten migrants have been accommodated there, most of them from Cameroon.  In these two places, musical practices create unpredictable forms of sociability.

We could explore cases studies endlessly. It is why the purpose of these workshops is to center those studies on cases that share common grounds, and to question our tools of analysis centering the study on the effects of anomie, rather than focusing on the causes of migration. Thus this project can be held as a project of music ontology, when considering ontology as an investigation and not as a pre-elaborated theoretical frame of reference. But much more than that, it is about questioning which categories of the aural become musically valid or whom and why and the relation of that to the juridical forms of forms of life that are deemed valuable (Weheliye 2014, Mienjtes 2017). Such a question is crucial if we are to understand the relation between ontology and epistemology in situations of forced displacement.

________________


Le colloque international de Bayonne est le premier colloque d’un programme de coopération qui lie l’Institut ARI de Bayonne (CNRS-EHESS) et le Centre d’Ethnomusicologie du département de musicologie de l’Université Columbia de New York dans le cadre d’un appel à projets émis l’an dernier conjointement par PSL Université (Paris) et Columbia Université in the City of New York.

Ce programme scientifique prolonge une série d’ateliers que nous avons organisés à Bayonne dans le cadre du Groupe de Recherche International du CNRS « Musiques du monde, immigration, développement urbain dans les métropoles internationales » (MIAMI –CNRS, PSL-EHESS, Bayonne). Il vise à implanter à Bayonne un pôle de recherche de rang international sur les pratiques musicales dans les situations de migration forcée.

70 millions de personnes vivent aujourd’hui en situation de migration forcée. Les causes sont multiples. Malgré ce nombre considérable et la tragédie dont il témoigne, les migrations forcées ne font pas l’objet d’études comparatives. Ce projet est donc une première. Il questionne la notion de migration d’une façon comparative, par le biais des pratiques musicales et d’autres pratiques sonores, en faisant entrer en dialogue des expériences de migration forcée vécues et analysées en Europe et dans les Amériques.

Ce projet compare donc des situations de déplacement de populations dans le monde et s’interroge sur l’émergence de pratiques musicales dans de telles circonstance : comment « de la musique » est-elle jouée dans ces circonstances ? Comment est-elle interprétée ? Quelles sont les conditions de stabilisation environnementale qui président à son émergence ? Il s’appuie en premier lieu sur une littérature scientifique qui traite de ces situations dans une perspective monographique. Les travaux sur l’histoire de l’esclavage et du colonialisme documentent ces aspects, ils permettent d’étudier aussi bien les déplacements internes à un pays (le cas de la Colombie et la relation de cette histoire avec la façon dont la musique est pensée (Weheliye 2014, Moten 2003). Cette approche originale permet de construire une ontologie de la musique profondément ancrée dans la question du déplacement forcé (Laborde 2017).

Cette histoire coloniale de la musique existe. Elle se situe à l’endroit exact où une histoire contemporaine de la musique (Ochoa Gautier 2014, Puig 2013) rencontre l’étude des formes politiques migratoires dans le monde. Ce qui nous préoccupe ici, ce n’est donc pas l’ontologie même des faits musicaux dans de tels cas (qu’est-ce que la musique ?), mais comment « la musique », parce qu’elle nous touche au plus profond, peut « soigner les blessures de l’âme », comment elle peut nourrir l’interaction avec les populations d’accueil comme cela s’est passé à Baigorri en 2015 (Laborde 2019), comment elle peut devenir un vecteur d’intégration. Le but de ce projet transatlantique est d’explorer de manière comparative comment et pourquoi la musique, ainsi que certaines expressions sonores et certaines formes de médiation qui lui sont associées, deviennent cruciales dans ces situations de déplacement et de questionner la façon dont la musique (c’est-à-dire la part intime de chaque migrant) se trouve encadrée, conditionnée, déterminée par ces rapports de domination, mais aussi comment elle peut parvenir à symétriser la relation entre migrants et population d’accueil, en révélant la culture qui habite quiconque se trouve en situation de migration forcée.

Insistons sur la dimension comparative de cette étude ambitieuse : la dimension comparative du projet permet de forger des hypothèses tangibles sur le fonctionnement de la musique dans les différents modes de migration forcée dans le monde d’aujourd’hui.

Dans un premier temps, notre étude vise le lien entre déplacement contraint, violence politique, colonialisme, changement climatique et extractivisme. L’extractivisme, tel que nous l’entendons ici, concerne bien sûr les diverses formes d’exploitation des ressources naturelles et environnementales, mais il concerne aussi les droits de la propriété intellectuelle et les formes de spoliation musicale dont les ethnomusicologues sont les témoins un peu partout dans le monde. Nous renvoyons ici à la fameuse étude de Steven Feld sur la berceuse Rorogwela que l’ethnomusicologue Hugo Zemp était allé enregistrer dans les années 1970 chez les Baegu des Îles Salomon pour le compte du CNRS, enregistrement qu’il a ensuite publié dans la collection UNESCO. Or, le groupe électro-pop Deep Forest a « empruntée » aux Baegu des îles Salomon, avant de l’arraisonner à un dance beat puis de la transformer en Sweet Lullaby au succès planétaire, repris ensuite par Jan Garbarek (Steven Feld, 2004).

Dans un second temps, nous multiplions les études sur la musique dans les camps de migrants : Calais, Grande-Synthe (France), Cremone (Italie), Sardaigne, mais aussi à Mentao (Burkina Fasso), Kakuma (Kenya), Burj al-Barajneh, Ain al Hilweh (Liban), Zaatari (Jordanie)…

Extractivisme, spoliation et changement climatique

L’équipe de la Columbia University à New York travaille pour l’essentiel sur l’Amérique latine et les Caraïbes. Ici, les études sont concentrées sur le problème du déplacement interne. De ce point de vue, le cas de la Colombie est emblématique. Malgré le processus de paix engagé voici presque une décennie, le Haut Commissariat au Réfugiés (HCR) évalue à 8 millions le nombre de personnes déplacées à l’intérieur-même du pays, ce qui fait de la Colombie le pays qui compte le plus grand nombre de personnes déplacées dans le monde. Par ailleurs, la spoliation des terres des peuples autochtones, ainsi que la relation entre le changement climatique, la crise économique et la migration dans les Caraïbes favorisent des déplacements de population qui ne sont pas voulus.

En Colombie, la plupart des dirigeants autochtones ont été assassinés pour avoir lutté pour la protection de l’environnement et contre l’extrativisme imposé. En conséquence, les peuples autochtones et les Afrodescendants fuient leurs propres territoires. Peut-on imaginer que la musique puisse jouer un rôle central dans de telles configurations de détresse ?

C’est à cette question que ce projet scientifique entend répondre. En ce qui concerne la Colombie, il interroge la place de la musique et des différents éléments sonores de l’environnement dans la construction d’une relation entre les êtres vivants, l’environnement et leur terre. En ce qui concerne les Caraïbes, il étudie le lien entre changement climatique, dépossession économique et musique à Vieques, Haïti et Porto Rico. Les populations qui habitent en ces lieux ont subi d’importants déplacements internes et des migrations forcées en raison de la spoliation économique et du changement climatique, l’un n’allant plus sans l’autre aujourd’hui. Dès lors, la relation au monde a changé de référents, et cela se traduit, du point de vue musical, par la production de nouveaux genres musicaux, l’adaptation de nouveaux styles de musique et ces processus de transformation ne sont pas documentés. C’est l’objet de ce travail.

L’équipe de Columbia University, New York

De nombreux chercheurs du Centre d’Ethnomusicologie de l’Université Columbia de New York sont impliqués dans ce projet sous la direction d’Ana María Ochoa Gautier. Elle-même étudiera la relation entre les entités vivantes, la musique et la relation à la terre dans les productions audiovisuelles réalisées par les cinéastes autochtones eux-mêmes.

Travaillant plutôt sur la Méditerranée, Alessandra Ciucci explorera la façon dont sonne le mot même de ruralité (l-’ǝrubiya). À partir de cette analyse phonologique, elle examinera le rôle de cette notion dans l’univers sonore que les Marocains et les Marocaines des plaines et des plateaux qui traversent la Méditerranée vers l’Italie emportent avec eux. Cette manière d’entrer sur la notion de ruralité par le son du mot vise à prendre au sérieux une double dimension de la notion : à la fois intensément locale qui renvoie à l’expérience que chacun fait de sa terre, et globale en ce que le mot renvoie à une expérience partagée par tous. Il s’agit donc d’entrer par le son sur une notion complexes et inaperçue des recherches en Sciences Sociales, afin d’explorer quelques-unes des questions politiques d’actualité dans une zone géoculturelle emblématique, la Méditerranée.

Les travaux d’Alejandra Bronfman considèrent le déplacement des populations à Porto Rico comme une conséquence délibérée de l’impérialisme américain. À Porto Rico, une curieuse notion qui fait de la migration une « soupape de sécurité » la fait considérer comme une alternative pour les populations qui habitent ces îles dépossédés de tout moyen de subsistance viable. Sur l’île de Vieques, par exemple, au sud-est de l’île principale de Porto Rico, la marine américaine a repoussé la population et a annexé les deux tiers de la surface de l’île pour en faire un terrain militaire dédié à l’entraînement des Marines et à des exercices de bombardement. La production musicale qui a émergé de ces fragments de cultures dissoutes par l’impératif militaire est à la fois farouchement critique et s’inspire avec créativité de décennies de mobilité dans la région des Caraïbes.

La crise migratoire européenne : analyse de cas

L’équipe européenne du projet ne cherchera pas à construit une théorie universelle des « musiques en migration ». Il ne s’agit pas de construire une approche surplombante qui viendrait à construire un modèle théorique qui permettrait ensuite d’examiner la réalité et d’y repérer des « exemples » de cette théorie préconstruite. Il s’agit tout au contraire de partir d’études de cas pour affiner ensuite, mais ensuite seulement, une analyse comparative, en examinant de quelle manière il est possible, ou pas, de monter en généralité pour trouver des modalités explicatives communes aux cas étudiés. C’est une manière de traiter la description des situations observables et de faire de la science en partant des situations observées pour remonter vers des règles applicables à ces situations.

Dès lors, quelques cas seront examinés. Denis Laborde présentera une situation de migrants à Baigorri (montagnes basques). Le 20 novembre 2015, une cinquantaine de migrants en provenance de Calais arrivent à Baigorri. Ils ont quitté le Soudan, l’Erythrée, le Tadjikistan, l’Afghanistan et le Kurdistan. Les bénévoles les aident dans leurs démarches ; ils offrent des ateliers et des activités qui sont organisés par des associations locales. Trois mois plus tard, les migrants veulent remercier le village. Ils organisent un « événement transculturel » : ils dansent et jouent eux-mêmes la danse pachtoune d’Afghanistan, des danses traditionnelles érythréennes, des chansons d’Afrique de l’Est…. L’un d’eux offre au public un maqam syrien. Pourquoi la musique pour exprimer la gratitude ? Qu’est-ce qui change à travers la musique quand « un migrant » devient « un musicien » ?

Mentao, Burkina Faso.

En octobre 2014, Marta Amico visite le camp (à 20 kilomètres de Ouagadougou) avec un musicien du groupe Tartit. Pour l’accueillir, un spectacle musical est organisé. Ici, la musique est un appel à la fête. En même temps, la musique est la raison des migrations car les groupes islamistes l’ont interdit dans le nord du Mali. Néanmoins, les migrants organisent des dj sets improvisés qui sont décrits comme des moyens de se connecter avec le reste du monde. Dans ces moments où tout cède, la musique reste.

Camps palestiniens de Burj al-Barajneh, banlieue sud de Beyrouth (Liban).

Justin de Gonzague est documentariste ; Nicolas Puig, ethnologue. Ils dessineront l’histoire du groupe de rap palestinien Katibé Khamsé en utilisant l’ethnomusicologie et l’anthropologie visuelle comme outils méthodologiques. Le processus cinématographique combine des images anciennes (2005), un tournage spécifique (dernier, novembre 2017), des témoignages enregistrés par les rappeurs eux-mêmes et une composition musicale. L’objectif est de décliner les narrations visuelles et sonores des engagements politiques, artistiques et sociaux de ces cinq jeunes hommes des camps palestiniens de Burj al-Barajneh, dans la banlieue sud de Beyrouth (Liban), qui sont maintenant réfugiés en Europe. Nicolas Puig analysera comment les musiciens négocient un lieu pour être en phase avec le monde contemporain. Justin de Gonzague expliquera le processus de réalisation du film.

Ghaza, Ketermaya, camps d’Ain al Hilweh (frontière sud de Beyrouth, vallée de la Bekaa), Liban.

Layale Chaker est membre du West-Eastern Divan Orchestra et ancienne étudiante à la Columbia University. Elle présentera une étude sur les réfugiés syriens et palestiniens au Liban (plus d’un quart de la population). Dans un pays divisé selon des critères religieux, politiques, socio-économiques et ethniques, l’éducation musicale est un outil de transmission du patrimoine oral et immatériel et un moyen d’autonomisation et d’expression personnelle grâce à ces nouvelles compétences musicales acquises.

Pausa (Bayonne, France) et gaztetxe Txantxarreka (Saint-Sébastien, Espagne)

Claire Clouet est post-doctorante à l’institut ARI. Elle consacre désormais ses recherches aux pratiques musicales des migrants dans deux dispositifs d’accueil. « Pausa », pour une pause après des semaines ou des mois de voyage. Un lieu où les migrants peuvent se restaurer, se doucher, dormir, s’informer, quels que soient leur provenance et leur destination. Un lieu auquel donnent vie les bénévoles de l’association Diakité, les salariés de l’association Atherbea, le soutien financier et moral de la municipalité de Bayonne et de la Communauté d’agglomération Pays Basque. Un lieu où le réveil se fait au son d’Alpha Blondy et où, pour passer le temps, les personnes hébergées écoutent leur musique sur les téléphones en mode haut-parleur. A Saint-Sébastien, dans le quartier central d’Antiguo, c’est le gaztetxe (du basque maison des jeunes) Txantxarreka qui s’est fait espace d’accueil. Depuis août 2018, une dizaine de migrants y sont hébergés, pour la plupart originaires du Cameroun. Dans ces deux lieux d’accueil, les pratiques musicales créent des formes de sociabilité imprévisibles.

Nous pourrions explorer des études de cas à l’infini. C’est pourquoi l’objectif de ce projet est de construire un point d’ancrage commun qui permette de conduire ces études de cas en centrant nos analyses sur les effets de l’anomie, plutôt que sur les causes de la migration. L’étude menée ici par les deux équipes scientifiques peut être considéré comme un projet d’ontologie musicale, si l’on considère l’ontologie comme une dynamique de recherche et non comme un cadre théorique préétabli. Mais bien plus encore, il s’agit de s’interroger sur les catégories de l’audition qui deviennent musicalement valides ou qui et pourquoi et sur la relation de cela avec les formes juridiques de formes de vie qui sont considérées comme valables (Weheliye 2014, Mienjtes 2017). Une telle question est cruciale pour comprendre le dialogue entre ontologie (subjective) et épistémologie (objective) dans les situations de déplacement forcé.

Livret-programme détaillé en cliquant ici : Displacements ARI Programme Colloque de Bayonne_compressed