Bourse de Doctorat Cifre de l’Ethnopôle basque (EKE – ARI)

L’Institut culturel basque et l’Institut ARI-CNRS offrent une bourse de doctorat Cifre sur le thème : « Création artistique et droits culturels en Pays Basque » (2021 – 2024). La bourse CIFRE est soumise à approbation de l’ANRT (Ministère de la Recherche). Elle comprend deux impératifs à tenir en parité : – une tâche de coordination de l’ethnopôle (basée à Ustaritz) ; –  une thèse de doctorat en 3 ans sur le thème « Création artistique et droits culturels en Pays Basque ». La thèse est basée à l’Institut ARI de Bayonne et relève de l’École doctorale EHESS (Paris) Date limite : Lundi 26 juillet 23h59  OFFRE DE THÈSE CIFRE VF

Le colloque « Archive et Création » aura lieu les 17 et 18 juin prochains 30/05/2021

Le prochain colloque de l’Ethnopôle basque, intitulé « Archive et Création », a pour ambition de questionner l’archive comme acte de création d’une mémoire commune, mais aussi comme moteur de création artistique. Il aura lieu les 17 et 18 juin prochains en visioconférence.

Les 17 et 18 juin 2021, dans le cadre du label « Ethnopôle basque », l’Institut
culturel basque organise en partenariat avec l’Institut ARI-CNRS et le Musée Basque et de l’Histoire de Bayonne, son colloque annuel sur le thème « Archive et Création ». Le programme s’articulera autour de deux grands axes : l’archive comme acte de création et l’archive comme moteur de création.

Pendant ces deux jours, les chercheurs et artistes invités croiseront leurs
réflexions et expériences, et essaieront de répondre aux deux questions
centrales de ce colloque : comment l’archive et l’opération de « mise à statut d’archive » est en soi un acte de création ? Comment les artistes s’emparent- ils d’archives pour en faire un moteur de création ?

Ces rencontres seront également l’occasion de mettre en lumière le dialogue qui s’instaure entre l’archiviste, le chercheur, l’artiste et la société.

Jeudi 17 juin, 14:00-18:30 : L’archive comme acte de création
Vendredi 18 juin, 9:30-17:00 : L’archive comme moteur de création

Voici le lien pour se connecter :

Telematikoan/Distanciel
Programme complet et informations :

Colloque Ethnopôle 2021 vf

Programme fr.

Le Sud Ouest parle du projet d’incubateur porté par Denis Laborde

« L’anthropologue Denis Laborde prolonge le festival Haizebegi  d’un espace de recherche et de création au service de projets sociaux, avec des «personnes empêchées ». Une compositrice, Paula Olaz, enregistre six migrants de passage au centre Pausa, à Bayonne. Ils jouent de la musique, chantent. Dix minutes d’une bande sonore soigneusement montée, bientôt transmise au réalisateur donostiar de films  d’animation Gonzalo Amilburu. « Il va créer un film sur cette bande-son », savoure déjà Denis Laborde, directeur de recherche au CNRS (1) et de l’Institut ARI. « On ne sait pas ce que ça va donner… » Mais ce projet, « Aztarnak » (traces, en basque), illustre à merveille l’objet du nouvel « incubateur » qu’il dirige : « C’est un outil de recherche et de création au service de projets à vocation sociale. »

Article paru dans le sud Ouest du 15/04/2021 à lire en intégralité ici.

Deux interventions d’Anna Cuomo dans le cadre de la première convention professionnelle française dédiée au hip hop

Une intervention dans le cadre d’une table ronde intitulée « Musiques hip-hop, quelles légitimités, quelles authenticités ? » – Présentation du numéro 17 de la revue Volume! dédié aux Hip Hop Studies dans lequel Anna Cuomo a publié l’article : « Les conflits de l’authenticité : dynamiques relationnelles et spatialités dans la scène rap underground de Ouagadougou (Burkina Faso) ».   Podcast à écouter ici.

Une deuxième intervention dans une autre table ronde intitulée « HYBRIDATION ET INFLUENCE DES DIASPORAS DANS LES MUSIQUES HIP-HOP » qui sera diffusée en vidéo à partir du jeudi 4/03 à 19h  ici

Anna Cuomo

Workshop « L’injonction participative dans les sciences sociales »

L’Institut ARI de Bayonne organise un Workshop de deux journées sur le thème de l’injonction participative dans les sciences sociales : du jeudi 25 février 14 heures au vendredi 26 février 17 heures.
Nous organisons l’événement en présentiel et nous lui conservons délibérément un contour brainstorming dans l’idée de questionner nos propres certitudes et de cerner la façon dont des programmes de recherche s’ajustent à des injonctions institutionnelles sur le thème de la participation. 

Peut-on promouvoir une politique scientifique basée sur les capacités dans un monde institutionnel régi par des appels à projets qui valorisent les procédures sur les processus ?

L’injonction à la participation ne déplace-t-elle pas en direction de la recherche des questions qui devraient être posées d’abord à la gouvernance ?

Comment articuler participation scientifique & culturelle dans le projet Traces (Institut ARI – Haizebegi – DRAC Nouvelle Aquitaine 2021) ?

Il sera donc question de sciences participatives, mais aussi de projets culturels menés dans ce même esprit, il sera question du programme Nouveaux Commanditaires de la Fondation de France, des Droits culturels, de l’initiative Particip-Arc du Ministère de la Culture un par le MNHN et d’autres réalisations sur lesquels porter notre regard analytique.  Notre idée est de faire en sorte que de ce grand désordre conceptuel, méthodologique, puisse naître une programme de séminaire ou une séquence de workshops à prévisibilité prescrite qui permettront de générer des réflexions utiles à nos propres pratiques, notamment celles qui sont amenées à se développer dans le cadre de La Fabrique. 
 
Le Workshop est piloté par l’équipe de l’Institut ARI, se joindront à nous : Pierre Marsaa  (association Point de Fuite, médiateur pour Les Nouveaux Commanditaires dans la région Nouvelle Aquitaine) et Jean-Damien Collin (Délégué général de la Fondation de France, région Grand Est). 
 
Workshop 
L’injonction participative dans les sciences sociales 
Jeudi 25 février 14:00 17:00 & Vendredi 26 février 9:30 – 17:00
Institut ARI – Cité des Arts
3 avenue Jean Darrigrand 64100 Bayonne 

« Le droit au froid » Conférence de Béatrice Collignon, géographe, sur RadioKultura

Dans le cadre du festival « Haizebegi 2020 » à Bayonne (octobre 2020) une journée a été dédiée à « Le droit au froid comme revendication culturelle des Inuits du Canada ». Prononcée par Béatrice Collignon, géographe, Professeur à l’Université de Bordeaux Montaigne, cette conférence a mis en évidence l’impact du réchauffement climatique sur le mode de vies des Inuits du Canada…
Cette conférence est désormais en ligne sur RadioKultura :
Plus d’infos :
http://haizebegi.eu/
https://www.radiokultura.eus

Denis Laborde sur France Culture à propos de Keith Jarrett

Le 26 novembre dernier, Denis Laborde était l’invité d’Adèle Van Reeth dans l’émission « Les chemins de la philosophie » sur France Culture, dans le cadre d’une semaine spéciale Keith Jarrett. Denis Laborde a expliqué pourquoi on ne peut pas « s’improviser improvisateur », à écouter ici.

 

Bienvenue à Anna Cuomo

Bienvenue à Anna Cuomo – Ongi Etorri

Anna Cuomo rejoint l’équipe de l’Institut ARI en tant que Post-doctorante en contrat CNRS. En 2018, elle a soutenu à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS, Paris) sous la direction de Michel Agier une thèse de doctorat intitulée : « La fabrique d’un rap africain : création, engagement et cosmopolitisme à Ouagadougou, Burkina Faso ». Cette thèse d’exception s’est vue décerner le Prix 2019 Fondation Martine Aublet – Musée du Quai Branly. Anna Cuomo a créé la plateforme Anthropozik, dont l’objectif est de construire des ponts entre les industries musicales et la recherche en sciences sociales afin d’initier des projets innovants et collaboratifs. Au sein de l’Institut ARI de Bayonne, elle conduit un programme d’anthropologie visuelle sur la relation entre musique, politique et industrie musicale dans la diaspora congolaise.

Welcome to Anna Cuomo

Anna Cuomo joins the ARI Institute team as a post-doctoral student on a CNRS contract. In 2018, she has defended her PhD thesis at the Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS, Paris) under the supervision of Michel Agier entitled: « The manufacture of an african rap : creation, engagement and cosmopolitanism in Ouagadougou, Burkina Faso ». This exceptional thesis has been awarded the 2019 Martine Aublet Foundation – Musée du Quai Branly Prize. Anna Cuomo has created the Anthropozik platform, whose objective is to build bridges between the music industry and social science research to initiate innovative and collaborative projects. At the ARI Institute in Bayonne, she is leading a visual anthropology program on the relationship between music, politics and music industry in the Congolese diaspora in Paris.

Liberté pour Fariba Adelkhah, anthropologue emprisonnée en Iran depuis juin 2019

Le 20 mars dernier, après près de 300 jours de rétention, Roland Marchal, chercheur au Centre de recherches internationales (Ceri) de Sciences Po, était enfin libéré. Fariba Adelkhah, chercheuse dans ce même centre, elle, est encore incarcérée. Son procès pour « propagande contre le système politique de la République islamique » et « collusion en vue d’attenter à la sûreté nationale » aura lieu demain, le 18 avril. En temps de confinement, la communauté scientifique reste mobilisée pour sa libération : https://faribaroland.hypotheses.org/

5-6 mars 2020 : Colloque retour à la Columbia University, New York

En mai 2019, l’institut ARI accueillait à Bayonne les chercheurs du centre d’ethnomusicologie de la Columbia University dans le cadre du colloque « Les pratiques musicales des personnes en situation de migration forcée ».

Les 5 et 6 mars 2020, quelques jours avant la fermeture de l’université Columbia pour mesures sanitaires, nous avons participé au colloque « Music and Migration » co-organisé par Ana Maria Ochoa et Alessandra Ciucci, et soutenu par le Center for ethnomusicology et le Center for the Study of Ethnicity and Race.

Ces colloques s’inscrivent dans le programme « Musical Pratices in Situation of Forced Migration » que l’institut ARI développe en collaboration avec la Columbia University.

Journée « Hospitalités », le 9 février 2020, au Colisée à Biarritz, de 14h à…

Une journée organisée par l’association Artistes et Associés (https://www.artistesetassocies.org/), à laquelle participent ARI et le festival Haizebegi (https://haizebegi.eu/).

Une journée d’échanges et d’improvisations sur le thème de l’hospitalité, en présence du philosophe et historien de l’art Georges Didi-Huberman, de la compagnie transartistique de divagation de Bernard Lubat (http://www.cie-lubat.org/La-Cie/), de Kristof Hiriart (https://www.eke.eus/fr/culture-basque/entretiens-acteurs-culturels-basques/kristof-hiriart), du danseur et musicien sénégalais Sidy Koné Cissokho, qui sera présent aux côtés de la troupe Xeri de Bakel (est du Sénégal) à la prochaine édition du festival Haizebegi, du 8 au 18 octobre 2020.

Un espace-temps ouvert à toutes et à tous, entrée libre.

Festival Haizebegi Les mondes de la musique du 10 au 20 octobre à Bayonne


10 jours où l’improbable devient possible.

Pour la sixième édition, l’institut ARI et l’association Munduko Musika Etxea dont Denis Laborde est le directeur, organisent « Haizebegi », un temps de rencontres exceptionnelles, avec cette année un focus sur la Terre de Feu.

Site internet du festival : https://haizebegi.eu/

Haizebegi, c’est aussi une revue annuelle d’anthropologie de la musique : https://haizebegi.eu/wp-content/uploads/2019/11/Haizebegi6-Bon-de-commande.pdf

LES INSTITUTIONS CULTURELLES FACE A LA CRISE MIGRATOIRE EN EUROPE – Université d’été franco-allemande – 1er-7 septembre 2019 – institut ARI, Bayonne

Du 1er du 7 septembre 2019, l’institut ARI accueille une quinzaine de jeunes chercheurs européens pour réfléchir, une fois la « crise » moins aiguë, à l’accueil que les instituions culturelles réservent aux migrants.

Temps fort de la semaine le 4 septembre 2019 : « Le temps des migrants », projection et débat au cinéma L’Atalante, Bayonne

Projection du film DIE LETZTEN TAGE (Les derniers jours) de Lalit Vachari

….Les derniers jours d’un premier centre d’accueil pour migrants dans une petite ville allemande, Sankt-Andreasberg, au cœur du Harz. Après l’ouverture des frontières allemandes aux migrants au mois de juillet 2015, près d’un million de personnes sont entrées en Allemagne, fuyant les guerres en Syrie et d’ailleurs. Dans la petiteville de St. Andreasberg , dans les montagnes du Harz, la population double du jour au lendemain : 1.500 migrants sont accueillis dans un ancien sanatorium réinvesti pour l’occasion par l’ASB (Arbeiter-Samariter-Bund) en charge de leur accueil. Un an plus tard, Lalit Vachani se rend sur place et filme : «Dans l’été 2016, lorsque nous avons commencé à filmer dans la première salle d’accueil de l’ASB à St. Andreasberg, le point culminant des arrivées de migrants –dans une atmosphère de panique, d’incertitude et de tension –était passé. Les migrants, qui étaient arrivés sur place un an plus tôt, avaient quitté les lieux. L’Allemagne avait changé de politique». DIE LETZTEN TAGE est un film sur la fermeture du premier centre d’accueil de migrants. Les travailleurs de l’ASB font leurs valises. Huit d’entre eux partagent leurs souvenirs de ce que fut le moment exceptionnel de ce lieu.

Suivi d’un débat en présence de Bernadette Mousques, adjointe au maire de Baigorri, présidente de la Commission Éducation Jeunesse ; Anja Muenzer, travailleuse sociale au centre de St. Andreasberg; Raimund Vogels, directeur du Center for World Music, Uni. Hildesheim; Jean-Daniel Elichiry, directeur d’Atherbea, Bayonne, chargé de la coordination de l’accueil des migrants en Pays Basque ; Omar Ibrahim, artiste syrien. Débat animé par Denis Laborde, CNRS-EHESS, Institut ARI, Bayonne

Un événement soutenu par l’UFA, le Center for World Music (Hildesheim) et le centre Georg-Simmel (EHESS-CNRS)